Catalogue OAI du consortium CAHIER

Anne-Marie Gigon

Anne-Marie Gigon 19-12-1915

1915
20172018
Giancarlo Luxardo (édition)
Praxiling, UMR 5267

La Mézierre samedi 15 Jeanvier 1916 Mon cher Jean Marie Je tecrie ces quelques mots pour te donné de nos nouvelles et pour en recevoir des tienne on est tous en bonne santé pour le moment et je desire que ma présente lettre te trouve de même. J ai reçu ta lettre Jeudi . sa ma fait plaisir surtout que tu me dit que il ne faut pas me faire du chagrin que tu ne ten fait pas cela me reconsole car javait peur que tu etait malleureux. mais je tavait dit que si tu voulait quel que chose il falait que tu me dit et tu ne me demande rien. si tu a besoin de quelque chose il ne faut pas attendre a en avoir grand besoin pour me dire car quand tu me demandera tu naura pas sa toute suite sa demande un peu de temps avant que je tai envoyer cela. il ne faut pas te privé si tu peut tu sait bien que je peut bien tenvoyer ce que tu me demanderait enfin cest bien trisse que dêtre separé si loin les uns des autres et ne pas savoir quant sa finira J ai a te dire que tout notre citre est fait il ny a plus que le petit fut de 2 barriques qui nest pas plien il est a peu pré a la moitié si tu avait etait a le faire il aurait eu de quoi lenplire car il nen ont fait un de 5 barriques il ny a que 6 seillé deau dedans il ne fera pas bon den boire trop car il donnerait dans la tête. si madelaine peut en boire il faudra que lon le batise car elle se chaubinerait, car celui que lon boit aprésent elle le trouve bon il parait, car elle le loge bien elle va souvent voir le fut, cest ce qui il a de plus trisse pour toi de ne pas en avoir a boirre et de nenavoir fait du si bon. et detre obligé den payer si cher. et de pas en boire quand tu voudré. J ai a te dire aussi que jai fait seigné 2 vache ce matin la gastie et la carion car son pigeon ne sen va point et comminier mavait dit quil serait venu lui passer un fillet et puis apresent il me dit que faut que je la fait seigné. et puis en même temps je me suis desidé comme victor etait la de faire seigné la carion car tu na jamais vue comme elle a triste mine elle est échaufé elle se frote se lèche elle est pelé par tout je croiré bien quelle est deja prise comme sa mère. on a fini daragé les navet dans le trèfe Jeudi et puis Madeleine a com mencé a coupé des busons vendredi dans le bas du chanps devant. je ne sait pas si on pouras émondé car je ne sait pas si je trouverait quelques uns. car je vois que si cest pierre Larché veulle suivre les cheveaux il auront de louvrage assé car il ne seront pas pré a commencé de bonne heurre il ont encore 2 marre de bpomme a meudre il voudrons abattre du bois emondé sa ne sera pas pré toute suite mais il y a papa qui est a faire du cidre chez Aimée il est venu couché chez nous se soir car il nont pas ou le chouché il ma dit quil viendrait bien la prochaine semaine nous aider si faisait bau temps je les ferait commencé a mener le fumier dans le courtie massé et le terrier au pied des pommier dans le courti du puits car il serait encore plus cl capable que Madeleine car si tu savait comme cest petite chance. enfin que veut tu je suis encore bien heureuse de lavoir car elle fait de son mieux. je ne voit pas autre chose a te mètre pour le moment que de te dire guilmois va toujours en baisant et puis que mon frère ma écrie cette semaine en me disant quil te croi toujours a renne. il est me dit quil est exposé a se faire tué tous les jours mais quil espèré que le bon Dien le protègeras comme la premiere fois. Je fini ma lettre en tembrassant de tout mon coeur ta femme qui taime et qui pense a toi et aussi tes cher enfants. A M. Gigon. voici ladresse a mon frère Gigon J.M. au 132 regiment dinfanterie 1re compagnie 4eme section secteur p 33