Catalogue OAI du consortium CAHIER

Anne-marie Gigon

Anne-marie Gigon 06-08-1916

1900
2018
Giancarlo Luxardo (édition)
Praxiling, UMR 5267

Le dimanche 6 août 1916 Mon cher Jean-marie Je repond a ta lettre que jai reçu aujourdui mais jen ai reçu reçu une autre hier et une carte les jours davant mais je me trou vé bien fatigué pour écrire au soir jai attendu aujourdui a te repondre sa fait que je rép- ont a deux lettre et une carte je suis toujour contente que tu est toujour en bonne santé et je desire que ma lettre te trouve comme nous car on est en en bonne santé pour le moment Maman est apeu près la même même je trouve quelle ne va pas mieux et pas pire non plus mais je crois quelle nen reviendras jamais pour l pouvoir marché car je vois quelle est toujour pareille Mon cher Jean Marie tu me dit quil fait grand chaux par la marne il fait grand chaux par isi aussi si sa con tinue les lisette vont échaudé car cest déjà bien sec car il fait du temp tout afait désec champ du blé noir il ny en auras point car cest bien trop sec et puis il a etait fait bien trop tar on avait fait des gros navets il ont levé mais cest bien trop sec il ont etait sen retourné on nen voit plus dutout il est besoin de pluis mais point long- temt car voilà le grain qui va être tout mûse ensemble le blé ne mûrisait point fort mais dep uis voilà deux ou trois jours il a passé dun coup si on etait près il est mûse assé mais il sont entrain de battre leurs avoine a pouliche1 et il veule battre chez ridar a suivre sa fait que lon ne pouras pas m en coupé avant mercredi ou Jeudi on a mit notre avoine en barge hier on en a encore deux petite charté qui nétait pas mûre on est obligé de la laissé javelé la barge nest pas fini on nauras apeu près de qoi la finire je suis conten te dêtre débarsés de lavoine car elle etait bien vilaine a coupé on a mit bien du temp car on était pas grand monde et sa navanse jai a te dire que jai eu Arsène gillot hier pour la premierre journée cest pour cela que jai profité pour atassé lavoine il sont venue demandé pour allé battre samedi mais madeleine na était que la matinée car il ne prenne point le cheval jai demandé ceux de chez pierre Larché pour ramassé lavoine et aujourdui il met la sienne en barge voilà du beau temp pour le grain mais cest trop sec pour autre chose papa a rarivé hier soir il a etait trois jours a battre et a monté le bateur a Montgerval cest lui qui a enquené toute leurs avoine sa fait tout de pitié a 70 ans je fini ma lettre en te souhaitant un grand bonjour et en tembrasant de loin ta femme qui taime et qui pense a toi Anne Marie Gigon