Catalogue OAI du consortium CAHIER

Anne-marie Gigon

Anne-marie Gigon 28-08-1916

1900
2018
Giancarlo Luxardo (édition)
Praxiling, UMR 5267

Le lundi 28 aout 1916 Mon cher Jean Marie Je repond a ta lettre et a ta carte que jai reçu qui me font tou- jour plaisir quandtu je recois de tes nouvelles surtout que tu me dit que tu est en bonne santé tant que nous ont est tous en bonne santé pour le momt et desire que ma presente lettre te trouve demême Jai a te dire que lon a commencé a bâtre chez ridar on a commencé lundi après midi sa nest encore que le commencement on nest près d’être quite si faisait encore du beau temp mais sa nanonce pas vrai bien pour le moment Jai etait par chez charle ouïte dimanche il sont plus enavant que nous il etait presque g quite chez eux jai était voir Marie Reine elle a eu une petite fille je tavait dit cela sur une lettre je ne sait pas si tu la reçu y il avait morel qui se proposé a venir nous indère si on ne pouvait pas faire il y a charle ouïte qui crelle beau coup après lui il dit que cest un grand flémar il me dit quil avait etait lui coupé tout son grain il dit que ces malheureux un homme comme cela il navait rien que a le ramassé il nont pas eut le courage de le ramassé voilà la pluis qui est venue son grain est encore tout par les champ charle ouïte dit que ces enfants sont comme lui tout cela ces trisse on na co chérué un peu de terre pour faire du tréffe rouge vendredi et samedi on nen a ensemensé un peu Lundi la matinée apeu près la moitié cest moi qui la semé je ne sait pas comment il seras semé car je navait jamais fait cela mais papa nétait pas la il etait chez Aimée a ramassé son reste de blé il faudra bien que lon se met a tout faire pluique il ne veule plus nous laisé dhomme. Je vais te portère ton collit de beurre a la poste et je vais te mètre un mandat en même temp car tu ne doit plus guerre en avoir si tu a une permission tu nen enpor tera dautre victor Lorant est venu nous voir aujourdui il a eu 4 jours de permission on na co chérué un peu de terre pour faire du tréffe rouge vendredi et samedi on nen a ensemensé un peu Lundi la matinée apeu près la moitié cest moi qui la semé je ne sait pas comment il seras semé car je navait jamais fait cela mais papa nétait pas la il etait chez Aimée a ramassé son reste de blé il faudra bien que lon se met a tout faire pluique il ne veule plus nous laisé dhomme. Je vais te portère ton collit de beurre a la poste et je vais te mètre un mandat en même temp car tu ne doit plus guerre en avoir si tu a une permission tu nen enpor tera dautre victor Lorant est venu nous voir aujourdui il a eu 4 jours de permission il dit quil vont aller se faire « habi ? lé » et il vont allé a larierre du front pour les habitué a entendre le canon. Je ne vois pas grand chose a te dire pour le moment que Jean périguault le tiserant si sest mort de mort subite samedi il lenterait Lundi matin Je fini ma lettre en tembras- sant de loin et en attendent le moment de pouvoir le faire plus près ta femme qui taime et qui pense a toi Maman est a peu pres la même. Aurélie et Françis tenvoie une carte en même temp que ma lettre Anne Marie Gigon